Alain BROCHARD
Appelé du contingent 63/1
Base Aérienne 167 à Reggan-Plateau
Technicien radio à la station émission puis à la tour de contrôle

Déplacer le pointeur de la souris sur les décorations
Base Aérienne 121 à Essey-lès-Nancy du 2 février 1963 au 14 avril 1963
Base Aérienne 167 à Reggan-Plateau du 15 avril 1963 au 31 mars 1964
BA 121
BA 167
CSEM

Les photos et légendes sont d'Alain BROCHARD

Pour agrandir la photo : clic sur la miniature et après visualisation : clic sur le bouton «Précédente» du navigateur pour revenir sur cette page

Direction Reggan

« Lorsque l’adjudant-chef GUIRAO nous dit : pour vous il fera encore plus chaud, nous n’avions aucune idée de ce qui nous attendait !
J’avais été incorporé le 2 février 1963, à la base aérienne 121 d’Essey-lès-Nancy, nous étions au début d’avril et nous partions pour Reggan.
Reggan : tout le monde savait que c’était, à l’époque, la base atomique de la France au Sahara, suite aux publications dans la presse des essais réalisés à partir de février 1960.
Qu’allions nous faire là-bas ? Seul l’avenir nous le dirait.
Le voyage de nuit, en train de Nancy à Marseille, « après nos compliments au chef de gare », se passa sans encombre. Et nous voilà au camp Sainte-Marthe qui nous laissait présager du pire !
Le temps de trouver un bateau et nous appareillons sur le Sidi-Okba dont ce fût un des derniers voyages, (il brûla lors d’un retour d’Alger).
le Sidi-Okba
Après une traversée, de 24 heures, des plus mouvementées nous arrivions en soirée à Alger. Alger la blanche, comme nous avions pu le vérifier, nous attendait, ses quais grouillant de gamins qui voulaient nous vendre tout et rien cherchant à récupérer la moindre pièce !
La descente du bateau n’avait pas été très aisée et pour la plupart le mal de mer omniprésent faisait encore tanguer les quais. Nous étions arrivés, c’était une nouvelle étape de franchie.
Embarqués au pas de gymnastique dans les camions alignés sur le quai, nous rejoignîmes au plus vite le camp d’Hussein Dey, nous entendant dire que même si le conflit était derrière nous il ne fallait pas traîner. La semaine à Hussein Dey fût des plus agréables, en dehors des sorties interdites, ce fût soleil et repos.
L’embarquement pour Reggan se fit à Blida et pour beaucoup c’était le baptême de l’air.
Les Noratlas qui nous amenaient, n’avaient rien de confortable mais finalement nous étions heureux d’aller à l’autre bout du désert dans un univers qui nous était parfaitement inconnu.
Dernier virage quelques heures après, et nous voilà posés. Ce 15 avril 1963 il était midi et à la sortie de l’avion, j’eu l’impression bizarre d’être pris dans un énorme flash, un dégagement immense d’une lumière rougeâtre qui me fit plus penser être débarqué dans un « western » que dans une base militaire ! Il faisait chaud l’adjudant-chef n’avait pas menti. La chaleur faisant, le soleil sans doute au zénith (quoique à Reggan on a toujours l’impression que le soleil est au zénith !). Nous n’étions qu’au début de cette période saharienne, nous n’avions encore rien vu. Une arrivée brutale dans un climat inconnu faussait complètement les sensations que bientôt le désert nous procurerait.
Après avoir rejoint les « fillod » de la BA 167, chacun d’entre nous ayant été affecté au poste qui l’attendait, fut dirigé vers la chambre correspondant à la fonction.
Je me retrouvais donc avec l’équipe qui assurait le fonctionnement de la station émission (secteur AIR). Puis la vie militaire sur la base de Reggan commença, nous avions tout à découvrir. J’ai rédigé un certain nombre d’anecdotes sur ce cours passage à Reggan, qui avec le recul aurait été souhaité plus long, mais à vingt ans, on n’a qu’une hâte c’est de rentrer au plus vite et pourtant !!!
Mais ne souhaitant pas vous ennuyer avec ces bavardages, je m’arrête là pour vous faire partager les quelques photos et documents retrouvés ».

Le livret d’accueil

Reggan - Plateau

Le château d’eau
Entrée de la station émission
Fillod
Antennes VHF
Totor dans le champ d’antennes
Station réception
Cinéma, piscine et cantine
La piscine
Côté Sud-Ouest du plateau
Côté Reggan-Ville
Côté Est du plateau
Côté Est du plateau
Levers et couchers de soleil
Repas à la piaule
Base de Reggan-Plateau
Vue prise de la Station Réception
Tarmac
DC 6
Noratlas
Radar
La poste
Radio phare
indic (FDM)
La station émission
Em TRT
Gonio

 

La Légion Étrangère



La palmeraie de Reggan - Ville

La mairie
PTT

La palmeraie d'Arhil

La palmeraie d'Azrafil

 

Oran

Les jardins de l'hôpital Baudens
Les quartiers
Minaret
Vues sur le port
Santa Cruz

Retour définitif
en France

45 ans après
Bernard ARRIGNON
et Alain BROCHARD
se retrouvent à PUYRAVAULT (Vendée)
Octobre 2008

----------------------======0000O0000======--------------------

  Suite de la page d'Alain BROCHARD