LES UNITÉS SAHARIENNES



Insigne de béret : homologué G 1773 en 1960

Le 1er décembre 1958 le changement d’appellation des Troupes de Marine se répercuta sur les unités. Par exemple, le Bataillon Autonome de Mauritanie devint le 1er Bataillon d’Infanterie de Marine (1er B.I.Ma.) et les Compagnies Sahariennes Motorisées devinrent des Compagnies Sahariennes d’Infanterie de Marine (C.S.I.Ma.).

 

Clic sur l'insigne ou sur le lien

Bataillon de Tirailleurs Sénégalais n° 3 

2ème Compagnie Saharienne Motorisée 


4ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie
de Marine

 

 

 

Bataillon Autonome de Mauritanie


Historique :
Le Bataillon Autonome de Mauritanie a été créé le 1er mai 1957

Symbolique de l’insigne :
1 - Pneu à fond bleu broché d’une ancre ancre à une tête de chameau ivoire
Le dromadaire représente tout à la fois le désert saharien et le moyen traditionnel de s’y déplacer
2 - Triangle argenté chargé d’une panthère noire et d’une étoile au-dessus d’un croissant à une ancre
La panthère noire (qui n’existe pas en Afrique) symbolise la puissance, la souplesse et la rapidité
Fabrication : Drago

 

 Haut de page

 

Bataillon de Tirailleurs Sénégalais n° 1
Mauritanie


Symbolique de l’insigne :
Roue à fond bleu, chargée d’une ancre et d’une tête de chameau blanche

 

 Haut de page

 


Atar

 

1ère Compagnie Saharienne Motorisée d’Atar
2ème Compagnie Saharienne Motorisée
1ère Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine

 

Historique :
1er juillet 1947 : Création de la 1ère Compagnie Saharienne Motorisée par changement d'appellation de la 3ème CSM du 1er RTS à laquelle sont rattachés les pelotons méharistes 1 et 2 d'Atar et Chinguetti.
Dissoute le 31 août 1957, devient 2ème Compagnie Saharienne Motorisée.
Recréée le 1er décembre 1957.
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 1ère Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine.
Garnison : Atar et Fort Gouraud (Mauritanie).

Symbolique de l’insigne
:

Compagnie Saharienne Motorisée d’Atar, devise « Pas de Mollesse », pneu fond bleu foncé broché d’une ancre marron chargée d’une tête de chameau
La tête de dromadaire symbolise la vocation saharienne de l’unité. Elle rappelle l’ancien moyen de transport et le pneu évoque la modernité qu’apporte l’automobile, tout en gardant l’esprit méhariste
Homologation : 1947 - H 399

 

Atar est une ville du centre-ouest de la Mauritanie, capitale de la région (wilaya) de l’Adrar, chef-lieu du département d'Atar (moughataa), et la principale implantation au bas du plateau de l'Adrar, au bord de l'oued Seguellil.

 

 

 Haut de page

 

 


Zinder

 

Bataillon de Tirailleurs de Zinder
Bataillon de Tirailleurs Sénégalais n° 3
3ème Bataillon Mobile de Tirailleurs Sénégalais
Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens

 

Historique :
Créé le 1er janvier 1902 comme Bataillon de Tirailleurs de Zinder.
Devient B.T.S. n° 3 le 1er janvier 1910.
Devient 3ème Bataillon Mobile de Tirailleurs Sénégalais le 2 septembre 1939.
Devient Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens le 1er octobre 1940 (voir R.T.S. du Niger).

Symbolique de l'insigne
:
Croix Tréflée Marocaine et non une croix d’Agadès (stylisation de la croix du Sud). La tête de Targui, les fameux « hommes bleus » du désert, rappelle que de nombreux méharistes étaient issus de cette confrérie.
Il existe deux modèles identiques différents par la proportion de couleur argenté/doré doré/argenté
Fabrication : Drago.

Situé au Sud-Est du pays, la région de Zinder est limité à l'Est par la région de Diffa, à l'Ouest par la région de Maradi, au Sud par la République Fédérale du Nigeria et au Nord par la région d'Agadez.

Haut de page

 

 


Timétrine

4ème Compagnie Saharienne Motorisée Timétrine
4ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine

 

Historique :
Créée le 1er juillet 1945.
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 4ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine.
Garnison : Gao (Soudan Français qui deviendra le Mali).

Symbolique de l'insigne
:
Compagnie Saharienne Motorisée, ancre brochée d’un rectangle noir bordé de rouge à un homme des cavernes chassant un animal.

Timétrine est une région désertique du nord-est du Mali. Cette région se trouve dans le sud du cercle administratif de Tessalit, à environ 450 km au nord de Tombouctou. Elle est située en latitude entre le 19e et le 20e parallèle Nord, et traversée en longitude par le méridien de Greenwich. Elle est séparée de l'Algérie, au nord par le Tin-Missao, plateau gréseux rattaché au massif du Hoggar, et de l'Adrar des Ifoghas à l'est par la vallée du Tilemsi où circule un réseau d'oueds orientés nord-sud.
Le relief est composé de plaines sablonneuses et caillouteuses. Le climat est de de type aride, aux pluies faibles et erratiques.

 

Haut de page

 


 


Agadez

 

2ème Compagnie Saharienne Motorisée
3ème Compagnie Montée-Portée du Bataillon Autonome du Niger-Ouest
14ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine

 

Historique :
Créée le 1er juillet 1946.
Dissoute le 31 mars 1956, devient 3ème Compagnie Montée-Portée du Bataillon Autonome du Niger-Ouest.
Recréée le 1er août 1956.
Dissoute le 30 avril 1957, versée au Bataillon Autonome de Mauritanie.
Recréée le 1er septembre 1957.
Dissoute le 31 novembre 1958, devient 14ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine.
Garnison : Agadès (Niger), Tiaroye (Sénégal), Atar (Mauritanie), Agui (Mauritanie), et Fort Trinquet (Mauritanie).

De 1950 à 1953, Guy Le Coniac de la Longrays est en poste au Mali et commande la 2ème Compagnie Saharienne Motorisée

Symbolique de l'insigne
:
Croix d’Agadès d’azur à une gazelle blanche, bondissante à sénestre, la croix brochant sur l’ancre coloniale d'or à une gumène blanche. Sur les trois pointes de la croix les capitales « CMS ».
Homologation : G 1486


 

Haut de page

 



El-Goléa

 

1ère Compagnie Méhariste d’Infanterie de Marine
4ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine
(SP 89 784)
4ème Compagnie Portée d’Infanterie de Marine (SP 89 784)

 

Historique :
La 1ère Compagnie Méhariste d’Infanterie de Marine fut créée le 1er février 1962 à El-Goléa sur le type alors courant d’un peloton de commandement, de 2 pelotons méharistes et de 2 pelotons portés.
La 1ère C.M.I.Ma devint la 4ème C.S.P.I.Ma le 1er août 1962.
Le 1er avril 1963, la compagnie perdit son qualificatif de « saharienne » mais garda les mêmes missions (In Amguel). C’est à elle que fut remis le 26 avril 1963 l’étendard des Compagnies Sahariennes Méharistes et Portées, étendard déposé au Service Historique de l’Armée le 26 novembre 1966 avant la disparition de la compagnie.
Du 11 au 25 décembre, l’unité se replia sur Colomb-Béchar, Mers-el-Kébir et Metz (au 2ème R.G.) où elle fut dissoute le 31 décembre 1966.


Symbolique de l'insigne
:
Tête de Méhari d’émail blanc brochant sur une ancre coloniale d'or. Sur la trabe les initiales « 4e C.S.P.I.Ma.
Homologué G.1888 en octobre 1962
Le 13 août 1962, le Capitaine Perrier demande l’homologation de l'insigne de son unité. Il écrit : « Le projet se veut aussi simple que possible et ne comporte que deux symboles, de l’Arme avec l’Ancre et des Méharistes avec le chameau ».
Fabrication : Arthus-Bertrand

 

 


In Amguel

 

 

 Haut de page

 

 

5ème Compagnie Saharienne Motorisée


Historique :
Créée en 1947.
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 9ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine.
Garnison : Agadès (Niger).

 Haut de page

 

 


Le fort de Dirkou

 

9ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine
9ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine

 

Historique :
Créée le 1er février 1959 (anciennement 9ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine depuis le 1er décembre 1958).
Dissoute le 31 août 1961, versée au Groupe Saharien n° 2.
Garnison : Agadès et Dirkou (Niger).

Symbolique de l'insigne :
Croix du sud Agadès chargée d’une ancre à une automitrailleuse, chiffre 9 dans la boucle en haut

Dirkou est une commune rurale du Niger appartenant au département de Bilma dans la région d'Agadez.

 


Intérieur du fort de Dirkou

 

 Haut de page

 


Compagnie du Kaouar


1 - Insigne de la 9e « saharienne » qui sera officiellement adopté par la Compagnie du Kaouar, avant qu’il soit remplacé par celui du G.S. 42
.2 - Au début de l’année 1964, les insignes propres à chacune des unités relevant du Groupement Saharien n° 42, seront remplacés par celui de ce dernier.


 

 

 


Moussoro

 

5ème Compagnie Saharienne d’Infanterie Portée d’A.E.F.
5ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine
21ème Compagnie Saharienne d’Infanterie Portée

 

Historique :
Créée le 1er décembre 1958 (anciennement 5ème Compagnie Saharienne d’Infanterie Portée d’A.E.F.).
Reprend l’insigne de la 5ème Compagnie Saharienne Motorisée.
Dissoute le 1er décembre 1962, devient 21ème Compagnie Saharienne d’Infanterie Portée.
Garnison : Moussoro (Tchad).

 

 Haut de page

 

 


La mosquée d'Agadez

 

7ème Escadron Saharien de Défense et de Combat d’A.O.F.
7ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine
7ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créé le 1er décembre 1958 (anciennement 7ème Escadron Saharien de Défense et de Combat d’A.O.F.).
Dissous le 30 octobre 1961, devient 7ème Escadron Saharien de Défense et de Combat.
Garnison : Agadès (Niger).


Symbolique de l'insigne
:

Croix d’Agadès d’argent chargée d’une mena de gueules chaussée de blanc franchissant une ancre de marine d’or.

Homologation :
1960 - G 1742

Agadez ou Agadès est la plus importante ville du nord du Niger, située entre Sahara et Sahel.

 

 Haut de page

 

7ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine
7ème Escadron Saharien de Défense et de Combat
42ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créé le 1er novembre 1961 (anciennement 7ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine).
Dissous le 15 novembre 1962, devient 42ème Escadron Saharien de Défense et de Combat.
Garnison : Agadès (Niger)

Symbolique de l'insigne :

Croix d’Agadès d’argent chargée d’une mena de gueules chaussée de blanc franchissant une ancre de marine d’or.

Homologation :
1960 - G 1742

Haut de page

 


Fort Gouraud

 

8ème Escadron Saharien de Défense et de Combat
12ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créé le 1er novembre 1962 (anciennement 8ème Escadron Saharien de Défense et de Combat).
Dissous le 30 mars 1965, versé en partie au 1er Régiment Inter-Armes d’Outre-Mer.
Garnison : Fort Gouraud (Mauritanie).

« En mai 1933, un poste permanent a été installé dans la SBKHA D’IDJIL appelé FORT GOURAUD. Il aurait été réalisé par la Légion étrangère ou les troupes Méharis, puis il a été occupé par le 12ème Escadron Saharien de Découverte et de Combat (E.S.D.C), infanterie de Marine, jusqu’au 3ème trimestre de 1965, date à laquelle il a été remis à l’armée Mauritanienne ».
http://www.idoumou.com/fort-gouraud-en-1965

Symbolique de l'insigne :
C
roix du sud Agadès à fond bleu, chargée d’une étoile filante et brochant sur une ancre

 

 Haut de page

 

Bataillon Mobile 10, Niger

 

Symbolique de l'insigne :
A
ncre brochée du buste d’un touareg, vêtu de bleu

 

 Haut de page

 

 


Bardaï

Groupement Saharien du Tchad
Poste Bardaï (Tchad)

 

Bardaï, une petite ville et oasis au nord du Tchad, est le chef-lieu de la région du Tibesti et du département du Tibesti Est.

 

 Haut de page

 

8ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine
8ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine
8ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créée le 1er mars 1959 (anciennement 8ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine depuis le 1er décembre 1958).
Dissoute le 30 novembre 1961, devient 8ème Escadron Saharien de Défense et de Combat.
Garnison : Fort Gouraud (Mauritanie).

Symbolique de l'insigne
:

Autruche contournée franchissant l’ancre de Marine, le tout d’argent. Sur la trabe les signes « 8e CSPIMa ».

Homologation : 1959 - G 1673
Dans sa lettre datée du 5 octobre 1959, le capitaine Chaveriat, commandant d’unité écrit :
« L’autruche est un oiseau très répandu dans le territoire de la Compagnie et représente un élément géographique ».

Haut de page

 

Méhariste des Troupes Coloniales

 

Insigne crée en 1936 à l’initiative d’officiers du Groupe Nomade de CHINGUETTI (Mauritanie).
Porté essentiellement à l’origine par les cadres des groupes nomades de Mauritanie, son port se généralise à partir de 1945 pour tous les méharistes coloniaux d’Afrique Occidentale Française et d’Afrique Equatoriale Française.

Symbolique de l'insigne :
Chameau argenté brochant sur une ancre

Quoi de plus naturel pour un brevet que l’animal dont il certifie la maîtrise ?

Insigne d'aptitude des méharistes des Troupes Coloniales créé en 1936

 

Haut de page

 

 


Mauritanie - Port-Etienne - Vue aérienne du Fort le Rumeur

 

Cercle de Port Etienne
Mauritanie

 

Symbolique de l'insigne :
A
ncre dorée lisse à un lévrier bondissant
L’insigne évoque l’implantation du poste installé sur la Baie du Lévrier à Port-Etienne aujourd’hui Nouadhibou

Nouadhibou (Port-Étienne) est la capitale de la wilaya (région) de Dakhlet Nouadhibou qui se situe dans le nord-ouest de la Mauritanie.
La ville est située sur le cap Blanc (Ras Nouadhibou).

 

 

 Haut de page

 


Mauritanie - Port-Etienne

 

Batterie de Port Etienne (6ème R.A.C.)

 

Symbolique de l'insigne :
Monument brochant sur une ancre posée en biais

 

Haut de page

 

 

Bataillon de Tirailleurs Sénégalais du Niger

 

Symbolique de l'insigne :
Croix du sud Agadès à fond vert, chargée d’une ancre
Homologation : 1950 - H 749
Fabrication : Drago

 

Haut de page

 

Bataillon Autonome du Niger Nord

 

Historique :
Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens (RTSCN) créé le 1er octobre 1940, le 1er mars 1941 devient Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 1er juillet 1942 renommé Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens. Le 21 juiller 1943 Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 31 décembre 1946 dissous, il donne naissance à 2 Bataillons autonomes et à 1 Groupe Nomade, dissous en 1950.
1er octobre 1941 : Création du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger
1950: Dissolution.


Symbolique de l'insigne
:

Croix d’Agadès d’argent chargée de l’ancre de marine d’or sur champ azur. Les capitales BANN sur le sommet de l’anneau.

Homologation
: 1958 - G 1527
Fabrication : Drago


Haut de page

 

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger

 

Historique :
Création du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger le 1er octobre 1941
Dissolution en 1950
Garnison : Zinder, Niamey

Symbolique de l'insigne
:
Croix du sud Agadès à fond vert, chargée d’une ancre

Homologation : 1947 - H 183
Fabrication : Drago



Haut de page

 

 


Niamey

 

Bataillon Autonome du Niger Ouest

 

Bataillon autonome du Niger-Ouest à Niamey
Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens (RTSCN) créé le 1er octobre 1940, le 1er mars 1941 devient Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 1er juillet 1942 renommé Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens. Le 21 juiller 1943 Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 31 décembre 1946 dissous, il donne naissance à 2 Bataillons autonomes et à 1 Groupe Nomade, dissous en 1950.
1er octobre 1941 : Création du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger
1950 : Dissolution.

Symbolique de l'insigne
:
Croix d’Agadès chargée de l’ancre coloniale d’or brochant sur champ de pourpre. Sur le fer de mule l’inscription BANO.
Homologation : 1954 - G 1101
Fabrication : Drago

 

 Haut de page

 


Agadez

 

22ème Bataillon d’Infanterie de Marine
Niger

 

22ème B.I.M.A. à Agadez

 

 Haut de page

 

 

Groupe Saharien n° 4
Groupe Saharien n° 21

 

Historique :
Créé le 1er janvier 1962.
Dissous le 30 novembre 1962, devient Groupe Saharien n° 21.
Garnison : Moussoro (Tchad).

Symbolique de l'insigne :

Croix d’Agadès avec en tête l’inscription « GS 4 » et des motifs, le tout d’argent, portant en cœur une ancre de marine d’or.
Homologation : 1962 - G 1867
Fabrication : Drago

 

Haut de page

 

 

Groupe Saharien n° 2

Historique :
Créé le 1er
septembre 1961.
Dissous le 15 novembre 1962 (versé en partie au Groupe Saharien n° 42).
Garnison : Zinder et Agadès (Niger).

Homologation :
1951 - H 749.

Haut de page

 

 

 

3ème Bataillon d’Infanterie de Marine
Niger

 

Homologation : G 749

 

Haut de page

 

 

 

Régiment de Marche du Tchad

 

Historique :
Le Régiment de Marche du Tchad, descendant du Bataillon Indigène du Chari (1900) est un régiment jeune ; il est issu directement du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (1910) qui se rallia au général de Gaulle en 1940.
Il est créé au Maroc en juillet 1943 à partir des personnels métropolitains du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad et des éléments métropolitains et européens ralliés en Afrique du Nord sous le commandement du colonel Dio. Il devient le régiment d'infanterie mécanisée de la 2ème Division blindée, commandée par le général Leclerc.
Il est appelé le « régiment du serment » suite à la promesse faite à Koufra le 2 mars 1941 par le colonel Leclerc « Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg ». Effectivement le régiment participa entre autres à la libération de Paris puis à celle de Strasbourg.
En septembre 1943, la division fut transférée à Rabat au Maroc, où elle fut dotée d’armes en provenance des États-Unis : 160 chars de combat M4 Sherman, 280 blindés half-track M3 et M-8 Greyhound, des camions Dodge, GMC, Brockway, Diamond et de nombreuses jeeps.
Le régiment est ensuite transféré en Grande-Bretagne sur différents navires, dont le Franconia, un paquebot réquisitionné. En attendant le débarquement, il est stationné et poursuit son entraînement autour d’Hull.
De nombreux Espagnols, anciens de la guerre civile espagnole, se sont engagés dans ce régiment. Ils étaient majoritaires dans le 3ème bataillon dit « le bataillon espagnol » et commandé par Joseph Putz, ancien brigadiste. La 9ème compagnie, commandée par le capitaine Raymond Dronne était essentiellement constituée de républicains espagnols, d’où son surnom « La Nueve » (soit le chiffre neuf en espagnol). Son fait d’armes le plus connu est d’être entrée la première à Paris, accompagnée d’un peloton de chars du 501ème RCC, en août 1944, lors de l’épisode désormais appelé la Libération de Paris.

 


Il porte la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire avec olive aux couleurs de la Croix de Guerre 1939-1945, la fourragère aux couleurs de l'ordre de la Libération et est décoré du « Distinguished Unit Emblem » américain qui a été attribué à titre personnel à chaque combattant de cette unité.

Son étendard porte les inscriptions suivantes :

- Koufra 1941 - Fezzan 1942 - Sud Tunisien 1943 - Alençon 1944 - Paris 1944 - Strasbourg 1944

Symbolique de l'insigne :
Fronton de porte mauresque d’or à l’inscription en capitales de gueules « TCHAD », surmontant une ancre du même sur champ d’azur, à la tige en forme de croix de Lorraine, chargée d’une tête contournée de chameau d’argent.
La tête de chameau symbolise les groupes nomades du Borkou-Ennedi-Tibesti, ancêtres du Régiment de Tirailleurs du Tchad qui, lui-même donnera naissance au RMT.
Homologation : H 181
Fabrication : Drago

 

Haut de page

 


 

70ème Régiment d’Infanterie de Marine
Tchad

 

Historique :
Le 70ème RIMa a été créé le 1er décembre 1958 par changement d'appellation du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad, lui même détenteur des traditions des Bataillons du Tchad et de l'Oubangui-Chari depuis 1910.
C'est le 21 avril 1900 que commence la conquête du Tchad par la jonction des missions « FOURREAU-LAMY » venant d'Algérie, « JOALLAND-MENIER » venant du Soudan, et « GENTIL » venant du Congo, à Kousseri où les troupes de Rabah sont décimées. le Commandant LAMY périt dans le combat.
De 1900 à 1910 le Bataillon du Tchad ssera l'instrument de la pacification du Tchad et se couvre de gloire aux combats de N'Tiona, Bir-Alali, Ain-Galakka, Djoua, Dekotchi et bien d'autes encore. Le 2 juin 1909 après le combat de Djohame, la 1ère compagnie du Bataillon s'empare d'Abéché : tout le Ouddaï est ainsi pacifié.
Le désastre de l'Ouadi-Kadja en janvier 1910, qui cause la perte de 5 officiers et sous-officiers et de 181 Tirailleurs et partisans, amène le Commandment à accroitre les effectifs et le Bataillon Mixte du Tchad devient le 24 Novembre 1910, le régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad.
De 1910 à 1916, le RTST assure à la France l'entière domination du Tchad notamment par la conqête de Borkou et de l'Ennedi en 1913.
Dès août 1914, le RTST participe à la lutte contre les troupes allemandes du Cameroun. Cette campagne se termine par l'entrée du Régiment à yaoundé en janvier 1916.
De 1918 à 1940, le RTST termine la pacification du Tchad. Ses Officiers administrent le pays sur une large portion du territoire du Kanem et du Ouaddaï jusqu'au frontières de la Lybie.
Sous les ordres du Colonel puis Général LECLERC, avec des cadres prestigieux tels le Lieutenant-Colonel d'ORNANO, et le Capitaine MASSU, le régiment constitue avec un matériel disparate, une unité qui dès 1941, se couvre de gloire et entre dans la légende. C'est le Raid de Mourzouk en janvier 1941, la prise de Kouffra en mars de la même année, la conquête du Fezzan et de la Tripolitaine l'année suivante.
En janvier 1943, il pénétre dans le sud-tunisien et inflige aux allemands une sanglante défaite à Ksar-Rhilane. Il entre à tunis et défile en vainqueur devant les généraux alliés.
À la fin de la Campagne de Tunisie, la plupart des cadres du RTST servent de noyau dur à la formation du RMT (Régiment de Marche du Tchad) tandis que les unités rentrent au Tchad pour y reprendre leur mission permanente de maintien de la souveraineté de la France sur ce territoire.
Le RTST est devenu 70ème RIMa le 1er décembre 1958 par changement d'appellation. Il a été commandé successivement par le Colonel Henry CHABOUD du 1er Décembre 1958 au 10 août 1959 et par le Colonel Jean BLEY du 10 août 1959 au 31 décembre 1961 date à laquelle il a été dissous. Recrée le 1er juillet 1973, le 70ème RIMa est recréé en juillet 1973 sous la forme d'un régiment divisionnaire stationné à Montlhéry dans l'Essonne, il a pour corps parrain le RMT. Son noyau actif est fourni par le CMIDOME de Versailles, dont le Colonel directeur en est le chef de corps (du 01/07/1973 au 07/02/1976 Chef de Corps: Colonel Jean QUINQUENEL directeur du CMIDOM).
En 1978 le commandement du 70ème RIMa est confié au Colonel de réserve Jean SAUERBACH, ancien du RMT durant la campagne de France de 1944-1945.
En 1979, le 70ème RIMa devient le régiment dérivé du RMT, ceci jusqu'à sa dissolution le 1er juillet 1997.

Symbolique de l'insigne :
Écu moderne à une ancre de la coloniale du même brochée d’une croix de Lorraine. Issant de la pointe dextre, tête de chameau brochant le tout. En pointe sur un cartouche de gueules, inscription 70e RIMa d’or.
L’insigne, créé en 1945, est directement inspiré de ceux du BM 3 FFL et du RMT. On retrouve la tête de dromadaire empruntée à la couverture du « Traité de médecine tropicale ». Comme pour le RMT, la tête de chameau symbolise les groupes nomades du Borkou-Ennedi-Tibesti.

Homologation : G 2860
Fabrication : Drago

 

Haut de page

 

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad

 

Historique :
Le Régiment des Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST) a été créé en 1910 et reprenait les traditions du bataillon indigène du Chari.
En juin 1958, le régiment change d’appellation et devient le 70ème Régiment d’Infanterie de Marine.
Régiment de réserve durant les années 1970, il dérive du régiment de marche du Tchad et est localisé à Montlhéry.
Il est dissous en juin 1997 au camp des Loges, au début de la professionnalisation de l’armée française, et surtout suite à la prise en compte de la fin des doctrines héritées de la Guerre froide.
Inscriptions sur l’emblème : TCHAD 1900, OUADAÏ 1909, BORKOU-ENNEDI 1913, CAMEROUN 1914 - 1916, KOUFRA 1941, FEZZAN 1942, SUD-TUNISIEN 1943
Chef de corps :
20/11/1940 : Colonel LECLERC de HAUTECLOCQUE

Symbolique de l'insigne :
Écu doré à un ancre brochée d’une tête de chameau, à un cartouche rouge marqué TCHAD
Homologation : 1947 - H 313
Fabrication : Drago

Haut de page

 

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger

 

Haut de page

 

Les Sentinelles de l’Empire

 

Symbolique de l'insigne :
Rectangle doré à une ancre noire chargée d’un méhariste blanc L’homme et le dromadaire évoquent la mission de surveillance en milieu désertique d’une formation méhariste des troupes coloniales.
Fabrication : Arthus Bertrand

 

 Haut de page

 

11ème, 12ème et 13ème
Compagnies Sahariennes Portées d’Infanterie de Marine

 

Historique :
Les 1er mai et 1er juin 1956, furent créées trois compagnies sahariennes portées africaines.
Ces « Compagnies Sahariennes Portées Africaines » furent appelées « Compagnies Sahariennes d’Infanterie de Marine » le 20 octobre 1958, puis « Compagnies Sahariennes Portées d’Infanterie de Marine » le 27 janvier 1959 pour ne pas les confondre avec les C.S.I.
11ème
12ème
13ème

Compagnies Sahariennes Portées Africaines

Une de ces C.S.P. africaines, d’abord en réserve à Bidon 2, près de Colomb-Béchar, devint la « Compagnie saharienne portée des Africains du Draa » et fut dirigée sur Tindouf en juin 1956 après l’affaire, d’Oum-El-Béchar. Elle y fut appelée 11ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine en 1959.

11ème Cie Saharienne Portée Africaine :
Historique :
Créée le 1er juin 1956 (anciennement 2ème Compagnie Saharienne Portée Africaine depuis le 1er avril 1956).
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 11ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine puis 11ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine le 1er février 1959).
Garnison : Tindouf.
Symbolique de l'insigne
:

Croix d'Agadès d’argent chargée d’un motif de Tanit d’azur et brochant sur l’ancre coloniale d'or. Sur la trabe les signes « 11e CSPA ».
Homologation : 1957 - G 1386
Fabrication : Drago

12ème Cie Saharienne Portée Africaine :
Historique :

Créée le 1er juin 1956.
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 12ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine puis 12ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine le 1er février 1959.
Garnison : Fort de l’Eau, Méchéria et Timimoun.
Symbolique de l'insigne :
Croix d'Agadès d’azur chargée en cœur d’un engin blindé vu de face et en chef des signes « 12e CSPA », croix brochant dur l’ancre coloniale d'or.

Homologation : 1957 - G 1355
Fabrication : Drago


13ème Cie Saharienne Portée Africaine :
Historique :

Créée le 1er juin 1956.
Dissoute le 30 novembre 1958, devient 13ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine puis 13ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine le 1er février 1959).
Garnison : Biskra et Ouled Djellal.
Symbolique de l'insigne :
Croix d'Agadès d’azur chargée d’une gazelle bondissant d’or et brochant sur une ancre coloniale du même. Sur la trabe brochant elle-même sur le fer de mule, les signes « 13e CSPA » aussi d’or.

Homologation : 1957 - G 1374
Fabrication : Drago



11ème
12ème
13ème

Compagnies Sahariennes Portées d’Infanterie de Marine

11ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine (SP 87 489) :
Historique :
Créée le 1er février 1959 (anciennement 11ème Compagnie Saharienne Portée Africaine puis 11ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine depuis le 1er décembre 1958).
Dissoute le 31 mars 1963, devient 11ème Compagnie Portée d’Infanterie de Marine.
Garnison : Tindouf et Beni-Abbes.
Symbolique de l'insigne :
Croix du sud Agadès bleue et noire brochant sur une ancre
Homologation : 1957 - G 1386

12ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine (SP 87 448) :
Historique :
Créée le 1er février 1959 (anciennement 12ème Compagnie Saharienne Portée Africaine puis 12ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine depuis le 1er décembre 1958).
Dissoute le 31 mars 1963, devient 12ème Compagnie Portée d’Infanterie de Marine.
Garnison : Timimoun et In Salah.
Symbolique de l'insigne :
Ancre brochée d’une croix du sud Agadès bleue, chargée d’un engin blindé.
Homologation : 1957 - G 1355

13ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine (SP 86 822) :
Historique :
Créée le 1er février 1959 (anciennement 13ème Compagnie Saharienne Portée Africaine puis 13ème Compagnie Saharienne d’Infanterie de Marine depuis le 1er décembre 1958).
Dissoute le 31 mars 1963.
Garnison : M’Raier , Tadjerma et Laghouat.

Symbolique de l'insigne :
Croix d'Agadès d’azur chargée d’une gazelle bondissant d’or et brochant sur une ancre coloniale du même. Sur la trabe brochant elle-même sur le fer de mule, les signes « 13e CSPIMa» aussi d’or.

Homologation : 1957 - G 1374

Compagnies Portées d’Infanterie de Marine


11ème Compagnie Portée d’Infanterie de Marine
Historique :
Créée le 1er avril 1963 (anciennement 11ème Compagnie Saharienne Portée d’Infanterie de Marine).
Dissoute le 30 novembre 1963.
Garnison : Beni-Abbes.

 


Timimoun

 

 Haut de page

 

 

72ème Régiment d’Infanterie de Marine

 

Historique :
Le 72ème Régiment d'Infanterie de Marine est l'héritier direct du 12ème Régiment de Tirailleur Sénégalais formé en 1920 en Turquie où il participe à l'occupation de la zone neutralisée des détroits de la région de Constantinople.

En 1925 le régiment quitte Marseille pour participer à la guerre du Rif au Maroc. Il y gagnera l'inscription « Maroc 1925/1926 » sur son étendard.

De mai à juin 1940 le 12ème RTS se bat à Harreville.

Ce régiment fut dissous en 1946 et recréé en 1958 au Tchad où il prend l'appellation de 72ème Régiment d'Infanterie de Marine. Il hérite des traditions et du drapeau du 12ème RTS, mais provient en réalité de la transformation du Groupement saharien du Tchad, et est chargé d’administrer les provinces du Borkou-Ennedi-Tibesti.

Dissous en 1961, le régiment est recréé à Marseille en 1976, sous le nom de 53ème Groupement Divisionnaire, avant de retrouver le 1er septembre 1991 son appellation de 72ème Régiment d'Infanterie de Marine. Le régiment remplissait des missions de soutien logistique au profit de la CMD de Marseille et de son Etat-Major.

Symbolique de l'insigne :
Carte géographique du sous-secteur Nord du Tchad aux trois pistes de Largeau au Fezzan et à Koufra adextrées de trois têtes de chameau d’or et senestrées d’un groupe de véhicules blindés du même, le tout brochant sur l’ancre de marine d’or.
Chameaux et véhicules blindés illustrent les moyens de locomotion utilisés pour parcourir le Sahara.
Homologation : G 1750
Fabrication : Diverses

VOIR

http://www.troupesdemarine.org/actuel/unites/

 

 

 Haut de page

 

14ème Escadron Saharien de Défense et de Combat
13ème Escadron Saharien de Défense et Combat


Historique :
Créé le 1er novembre 1962 (anciennement 14ème Escadron Saharien de Défense et de Combat).
Dissous le 31 octobre 1964.
Garnison : Fort Trinquet (Mauritanie).

Symbolique de l'insigne
:
Ancre brochée d’une croix du sud bleue, chargée d’une gazelle blanche
Homologation : 1958 - G 1486
Fabrication : Drago

Haut de page

 

 


Fort Trinquet

 

2ème Compagnie Saharienne Motorisée
14ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine
14ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créé le 1er décembre 1958 (anciennement 2ème Compagnie Saharienne Motorisée).
Dissous le 31 octobre 1961, devient 14ème Escadron Saharien de Défense et de Combat.
Garnison : Fort Trinquet (Mauritanie).

Symbolique de l'insigne
:
Croix d’Agadès d’azur à une gazelle blanche, bondissante à sénestre, la croix brochant sur l’ancre coloniale d'or à une gumène blanche. Sur les trois pointes de la croix les capitales « CMS »
Homologation : 1958 - G 1486 (reprend l’homologation de la 2ème Compagnie Saharienne Motorisée).
Fabrication : Drago

Fort Trinquet était situé au nord de la Mauritanie sur la piste impériale n°1 sur son coté ouest à 15 km du Rio de Oro (Maroc Espagnol).

 

 Haut de page

 

11ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine
14ème Escadron Saharien de Défense et de Combat
13ème Escadron Saharien de Défense et de Combat

 

Historique :
Créé le 1er novembre 1961 (anciennement 11ème Escadron Saharien d’Infanterie de Marine).
Dissous le 31 octobre 1962, devient 13ème Escadron Saharien de Défense et de Combat.
Garnison : Fort Trinquet (Mauritanie).

Symbolique de l'insigne
:

Croix d’Agadès d’argent chargée d’une mena de gueules chaussée de blanc franchissant une ancre de marine d’or ».
Homologation : 1958 - G 1742
Fabrication : Drago

 Haut de page

 

Groupe Saharien 42

 

Historique :
Créé le 16 novembre 1962.
Dissous le 31 octobre 1964, versé en partie au 4ème Régiment Inter-Armes d’Outre-Mer.
Garnison : Niamey (Niger).

Symbolique de l'insigne
:

A
ncre brochant sur une croix du sud Agadès à fond vert
Homologation : 1951 - H 749 (reprend l’homologation du Groupe Saharien n° 2)
Fabrication : Drago

 

 Haut de page

 


Atar (Mauritanie)

 

Détachement Militaire d’Assistance Technique
Atar

 

 Haut de page

 

 


Bardaï

 

Groupement Saharien du Tchad

 

Historique :
Créé le 1er octobre 1955.
Dissous le 30 novembre 1958 (éléments versés au 72ème Régiment d’Infanterie de Marine).
Garnison : Aozou (Tchad), Bardaï (Tchad) et Zouar (Tchad).

 

 Haut de page

 

Zinder
Niamey

 

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger

 

Historique :
Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens (RTSCN) créé le 1er octobre 1940, le 1er mars 1941 devient Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 1er juillet 1942 renommé Régiment de Tirailleurs Sénégalais des Confins Nigériens. Le 21 juiller 1943 Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger (RTSN), le 31 décembre 1946 dissous, il donne naissance à 2 Bataillons autonomes et à 1 Groupe Nomade, dissous en 1950.
1er octobre 1941 : Création du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Niger
1950 : Dissolution.

Garnison : Zinder, Niamey

Symbolique de l'insigne :
C
roix du sud Agadès argentée brochée d’une ancre

 

 Haut de page

 

 

351ème Compagnie de Quartier Général

 

Symbolique de l'insigne :
Ancre de marine d'or, sur la trabe « 351e QG » de sable brochant sur un ciel d’azur. Posée en pal une chapelle moderne d’émail blanc, en sénestre un palmier au naturel. En pointe l’inscription « SAHARA » de sable sur fond d’émail blanc.
Homologation : 1963 - G 1976
Fabrication : Drago


 Haut de page