Jean-René DENIÉ
Adjudant
Chef d’atelier à la 1ère Compagnie

Jean-René DENIÉ nous a quittés le 26 octobre 2011

 

Les photos et légendes sont de Jean-René DENIÉ

Pour agrandir la photo : clic sur la miniature et après visualisation : clic sur le bouton «Précédente» du navigateur pour revenir sur cette page

        À mon retour d’Indochine, où j’ai servi 30 mois comme Radio télégraphiste au Pool Radio des F.T.S.V. (Forces Terrestres du Sud Viêt-Nam) et 125 jours de congés de fin de Campagne, j’ai été affecté au Groupe de Transport 515 à la TRAPPE (environs d’Alger), toujours comme Brigadier-chef Radio. C’était en avril 1956, après des incidents du côté de la frontière Sud du Maroc (région de Tindouf, 1 100 Kms SO de Colomb-Béchar.) en fin juin 1956 des renforts furent dépêchés vers cette zone (4ème Régiment Étranger d'Infanterie, 35ème Régiment d'Infanterie, 26ème Dragons et 1ère Compagnie du Groupe de Transport 515 où votre serviteur suivait dans le 4 x 4 Radio). Nous fûmes cantonnés à Colomb-Béchar au Camp Moll où logeait déjà la 3ème Compagnie Auto Saharienne de Transport qui était équipée de 5 Tonnes GLR. La 1/515 était elle équipée de GMC plus propices au transport de troupes (1 chauffeur, 1 chef de voiture et 20 gars dans la caisse).
Le 1er Peloton fût détaché à Tindouf, le 2ème et le 3ème restant à Béchar pour transporter la BIF en opérations diverses et variées autour de Béchar, Adrar au Sud, El Abiod au Nord, Hamaguir, Figuig et toute la frontière marocaine du Sud de Aïn Sefra à Béchar. Ce fut assez palpitant, plus de 30 GMC au tapis, sautés sur mines, quelques blessés mais pas de morts (sauf un, sur la piste de Tindouf). En fin 1957 la 1/515 et la 3ème Compagnie Auto Saharienne de Transport ont formé le 3ème Groupe Saharien de Transport. Au début j’étais toujours Radio, puis un jour que je passais devant l’atelier de la 1ère Compagnie, je vis un Mécano aléser un trou sur une main de ressort avant d’un GMC (la tôle ondulée des pistes faisait jouer les rivets qui fixaient les 2 mains de ressort D et G des GMC, risquant en cas de rupture de graves accidents, surtout avec 20 soldats dans la caisse. Aussi le Service du Matériel, débordé, avait autorisé les chefs d’Atelier de faire procéder au remplacement de ces rivets (5 par main de ressort) par des boulons. Pour cela il fallait rectifier lesdits trous avec un alésoir jusqu’à celui de 14 mm). Les alésoirs vont de ½ mm en ½ mm. Les trous d’origine étaient de ½ pouce (12,7 mm). Quand on alèse on ne doit pas revenir en arrière sous peine d’abîmer l’outil (cher et rare à l’époque au Sahara).
Je connais le métier, dans le civil j’étais ajusteur mécanicien, aussi intervins-je pour montrer comment faire à ce Mécano lorsque survint le maréchal des logis-chef WOSS : « Qu’est-ce que tu fous là !... ». De fil en aiguille j’ai quitté la Radio et je suis devenu adjoint au chef d’Atelier de la 1ère, puis l’adjudant WOSS prenant l’Atelier du 3ème Groupe Saharien de Transport, je devins Chef à la 1ère Compagnie en 1959. Stage à Bourges, 4 mois, pour le Brevet de Chef d’Atelier 2A en 1961.
Le 7 juillet 1962, muté en France à La Rochelle à la 305ème Compagnie de Transbordement Maritime 2ans puis, en Juillet 1964 retour à Colomb-Béchar au 3ème Groupe de Transport. L’ancienne 1ère, dissoute, avait été remplacée en fin 1963 par une compagnie du Groupe de Transport 520 de Beni Messous à côté d’Alger. Le 520 venait d’être dissous, cette compagnie devenant la 1/3 GT, elle a été équipée de 2 pelotons GBO et d’un peloton, le 3ème, de GLR comme le reste de la 2ème Compagnie. La 2ème Compagnie du Groupe de Transport 520, équipée de camions WILLÈME de 15 T, est devenue provisoirement la 3/3 GT avant d’être transférée au 2ème Régiment Étranger d’Infanterie où elle est devenue la 5ème Compagnie de Transport de la Légion Étrangère.
Avec armes et bagages – en Décembre 1964 – nous avons quitté Colomb-Béchar pour rejoindre Reggan où nous sommes emménagés dans l’ancien Camp du 11ème Régiment du Génie Saharien où il restait d’ailleurs une stèle portant l’insigne de ce régiment.
Vous connaissez le boulot fait par nos Sahariens. Les convois entre Reggan – Ain-Amguel – Mers el-Kébir et retour, le déménagement de la base d’Ain-Amguel et aussi le transfert d’une soixantaine de véhicules divers de la base d’Ain-Amguel à Agadès au Niger par les hommes du 3ème Groupe de Transport (des bahuts en mauvais état qu’il a fallu dépanner tous les jours durant plus de 2 000 kms.)
Avec mon équipe de 2 Mécanos nous arrivons à l’étape 3 ou 4 heures après avec les éclopés sans en abandonner un seul (quelle épopée !!!). Au retour nous avons, au printemps 1967, rejoint Colomb-Béchar pour déménager la base de Béchar. De là nous avons rejoint Mers el-Kébir. Fin juin 1967 nous avons reversé les GBO, les GBC devaient être rapatriés (je ne sais pas si cela s’est fait) et nous sommes rentrés en France où nous avons rejoint le Camp de La Braconne à 17 Kms au NE d’Angoulême où nous avons reformé le Groupe de Transport 515. Je devins alors Chef d’Atelier du Corps, la boucle était bouclée, une aventure de 11 ans, du grade de Brigadier-chef à celui d’Adjudant-chef. J’ai quitté le 515 fin juin 1970 pour Tubingen en Allemagne au 405ème Bataillon de Soutien de la 5ème Brigade Blindée pour la dernière étape de ma carrière militaire.
Je suis maintenant parcourant la dernière étape d’une vie que j’estime bien remplie. Je suis diabétique et insuffisant rénal, dialysé 3 fois 4 heures par semaine, ce qui me maintient en vie depuis le début de Novembre 2004, mais je garde le moral, les infirmières sont efficientes et super sympa, au fond la vie vaut d’être vécue.


Forces Terrestres du Sud Viêt-Nam

----------------------======0000O0000======--------------------


Groupe de Transport 515
Le GT 515 en 1956 près d’Alger,
le bivouac
En opération entre 1956 et 1962, c’est l’avant de mon 4x4 Radio, le type de poste est un GCR193
Un camion du GT 515
en opération
Une oasis en 1956
Tindouf 1957
Tindouf 1957
le bordj Ressau
L’homme à la fourragère c’est moi, brigadier-chef au GT 515
à Béchar, avec des Potes de la 4ème Compagnie Saharienne
Portée de la Légion Étrangère en 1957.
En opération, les hélicos attendent à terre pour embarquer les commandos de l’air que nous transportions
en GMC.
Parachutage de ravitaillement vers El Abiod Sidi Cheik entre 1956 et 1962
je ne rappelle plus
Un copain en Algérie
Les cuisines du GT 515 en Algérie en 1956.
Les fourneaux marchaient à l’essence.
Le cuistot au 1er plan est mort quelques jours après la prise de ce cliché, lors de l’explosion accidentelle d’un de ces fourneaux.
C’était un Basque. Je ne me rappelle plus de son nom.
Bivouac du GT 515 en Algérie en 1956.
L’homme sur la photo est le MDL-Chef Guy Robert,
un ancien du GT en Indochine.

----------------------======0000O0000======--------------------


3ème Groupe Saharien
de Transport
En opération en 1959 ou 1960, l’épave dans le ravin est un GMC sauté sur mine
Un bled au sud d’Oran
Opération dans le Sud Oranais,
c’est un puits dans une oasis *
Puits dans une oasis
du côté d’El Abesol.
On voit très bien le delou
* Le récipient suspendu au trépied s’appelle un « délou ». Le délou plein d’eau dans le puits on tire sur la corde pliant le tube de sortie de l’eau (c’est flexible, en toile caoutchoutée) fermant ainsi le délou on peut ainsi le délou par la corde on s’aide quand c’est possible pour hisser le délou d’un âne ou d’un chameau auxquels on atèle les cordes du délou.

En opération en 1960, mon camion de dépannage Lot 7.
Il a plu, je suis les pieds dans la boue et toujours en cote bleue.
Mon Lot 7 à Colomb-Béchar devant l’atelier de la 1/3 GST

Le T100 le plu grand Berliet du Monde à l’époque vers 1960.
C’était un camion prévu pour les exploitations petrolières au Sahara


Beni Messous en 1961 : la promotion de l’échelle 3 Train (camp où étaient à l’époque le CIT 60 et le GT 520)

Environs de Ain Ben Tihli
en Mauritanie
Troupeau de chameaux
en Mauritanie *
* En juin 1962, l’Algérie devenant indépendante, une tribu de Rehigibats qui habitaient entre Béchar et Tindouf , qui ne voulaient pas devenir Algériens, pour des raisons X, ont obtenu des autorités françaises d’être rapatriés en Mauritanie. C’est la 1/3 GT qui a rempli cette mission. J’y étais avec 2 mécanos pour escorter mécaniquement cette mission. Nous les avons transportés à Fort Trinquet, actuellement Bir Mogreb (Bir veut dire puits, ou plutôt point d’eau) de même que Ain (source)

----------------------======0000O0000======--------------------

    Page suivante