Gérard DIEUSAERT
Appelé du contingent 66 1/A
CCS – Radio « INT QCB »

 

« Après avoir quitté le froid nordique, Laon janvier 1966 et d’interminables cours de morse, direction Reggan le 18 juillet 1966.
Juste avant d’embarquer dans un Nord 2501 quelques « tringlots » avaient acheté des revues coquines de type « PLAY BOY » et « PENTHOUSE », mais après quelques heures de vol et de nombreuses turbulences, ceux-ci ont vite refermé les revues et n’avaient plus d’idées volages !
L’accueil à Reggan fut sympathique et heureusement nous avons eu quelques jours de repos pour s’accommoder au climat.
Pendant les jours de garde, je buvais jusque 10 litres d’eau par jour.
Après quelques semaines se posait la question si j’allais pouvoir rester : 1,70 m et 48 kg !
La limite était atteinte.
Au mois d’août, j’ai intégré la station fixe de Béchar qui consistait à suivre les convois de Reggan à Béchar et de donner la position du convoi toutes les heures.
Retour par la piste à Reggan où enfin j’ai pu faire une mission à In-Amguel pour rompre la monotonie de la station fixe me permettant alors de voir les superbes paysages du désert, les gorges d’Arak, le tombeau de Moulay Hassan. J’en ai gardé un très beau souvenir.
Il y avait aussi une 203 Peugeot en panne, avec des inconscients qui étaient d’ailleurs de ma région, que nous avons dépanné en leur donnant de l’eau.
ENFIN LA QUILLE…
Après atterrissage en France, 13 heures de train pour rejoindre le nord de la France.
AMITIÉS À TOUS.
Remerciements à Michel FERNEZ ».

Les photos et légendes sont de Gérard DIEUSAERT

Pour agrandir la photo : clic sur la miniature et après visualisation : clic sur le bouton «Précédente» du navigateur pour revenir sur cette page

 
Daniel BAUDOUX, Gérard DIEUSAERT
et Aimé MOLLION
En tenue de travail
Quartier de la CCS
Gazelle Radio
toujours bonne dernière
dans le convoi
Station fixe
3ème GT à Béchar
En tenue de garde
MORAGAS – ? –
Aimé MOLLION
Près des gorges d’Arak… quelques inconscients
Course sur la piste avec
des Willème civils
Même sur la piste personne ne regarde avant de traverser
À cette époque il y avait encore
des caravanes de chameaux