Bernard LAURENT
Appelé du contingent 59 2/A
621ème Groupe des Armes Spéciales
à Reggan-Plateau

 

Incorporé le 2 juillet 1959
Libéré des obligations légales le 1er janvier 1961
Maintenu sous les drapeaux à compter du 1er janvier 1961 (en application de l’article 40 de la loi du 31.03.28 - décret du 10.06.60)
Renvoyé dans ses foyers le 14 octobre 1961.
621ème GAS à Reggan du 12 mai 1960 au 10 octobre 1961
25ème
RA
621ème GAS

Les photos et légendes sont de Bernard LAURENT

Pour agrandir la photo : clic sur la miniature et après visualisation : clic sur le bouton «Précédente» du navigateur pour revenir sur cette page

 

Incorporé le 2 juillet 1959 au 25ème Régiment d’Artillerie à Thionville, caserne Jeanne d’Arc.
Départ pour l’Algérie : le 6 mai 1960, départ pour Marseille par train de nuit, le 8 mai, arrivée au DIM d’Alger.
Première balade sur la jetée menant à l’arsenal, une grenade explose, retour rapide au DIM, nous sommes consignés.
9 mai : départ pour le Sud Algérien, destination Colomb-Béchar par la « Rafale », installés dans des wagons en bois et des wagons à ciel ouvert, quelques incidents pendant le voyage.
11 mai : arrivée à Colomb-Béchar, accueil dans un camp de toile, il fait déjà très chaud.
Obligation de participer à quelques corvées, en particulier dans une école. L’accueil n’y est pas très agréable.
Départ pour Reggan : 3 jours de route en GBO, secoués comme des sacs de noix parce que les camions sont vides. Le pain est dur comme du bois, les boîtes de thon à la tomate sont chaudes, l’eau dans les bidons est imbuvable.
Arrivée à Reggan au 621ème GAS.
Incorporé à la Compagnie de Sécurité.
Logement en « Jossermoz » puis en « Fillod » en tôle.
Principale occupation : maintenir les humidificateurs en bon état. Il fait très chaud.
Les soirées sont longues. Tout se négocie avec des cartons de « Kronenbourg ».
Les installations sur la base sont somptueuses : piscine olympique, salle de spectacle grandiose, mini bars partout, piste d’aviation, hôpital ultra moderne, laverie etc.
Les postes de garde sont à l’extérieur du campement. Une grande norvégienne de Mascara (13 – 14°) pour chaque poste : le moral des troupes.
Après les expériences atomiques le régiment est scindé : une partie reste 621ème GAS, l’autre passe 80ème Bataillon des Services qui a pour mission le déménagement de la base vers In-Amguel.
Je participe au déménagement qui en grosse partie s’effectue en GBO. Les conditions sont difficiles. Beaucoup de camarades ont eu la dysenterie parfois même la jaunisse.
Juillet 1961 : « Le Père Cent », quelle fête !
Enfin le 10 octobre 1961.
Après avoir bien vécu pendant quelques jours c’est le retour. Nous sommes tout d’abord transportés en Noratlas jusqu’à Oran. Séjour au DIM d’Oran. Dans la ville les attentats sont journaliers. Il faut faire attention pour se rendre en ville.
Puis enfin c’est le grand retour.
Embarquement sur le « Ville de Marseille ».
Arrivée en vue du port, tous sur le pont, la joie est immense, un souvenir indélébile et inoubliable.
La quille, la libération définitive après 835 jours ( 28 mois ½).

Nous étions jeunes à l’époque…
Trop jeunes pour mourir comme hélas de trop nombreux camarades.

La base de Reggan-Plateau

La porte et la palmeraie

Avec les copains